LE PILON 13  évidence proverbique

Jean Pierre Lesieur / pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28

revue trimestrielle de poésie


 

n°1

n°2

n°3

n°4

n°5

n°6

n°7

n°8

n°9

n°10

n°11

n°12

n°13

n°14

n°15

n°16

n°17

n°18

n°19

n°20

n°21

n°22

n°23

n°24

n°25

n°26

n°27

n°28



 


Page 2

L'EVIDENCE PROVERBIQUE

Au delà des sages dictons bâtards à prétentions éthiques et des aphorismes stratégiques à retombées électorales, désert ardu et ardent, s'étend le chant du proverbe.

Son verbe au présent donne le futur, au futur le présent : dialectique probante sans dichotomie linéaire, le proverbe est un permanent du verbe, un professionnel de la déchirure aux sept voiles, un sbire du Roi Hérode. Fils de Protée, il se pare de calembours, de nonsenses, de fausses lapalissades et de provocation.

Le « je » qui parfois s'y dit, est supersonnel : la probable conspiration des Ego. Toujours limpide, le proverbe donne l'essence profonde, cartographie la terre promise et en donne à tous les titres de propriété. Il est l'enfant prodigue, fait provision de weltanschauungs pour en produire le sel-prodige.

Ce qu'il proclame est l'évidence même, jamais sage et sans cesse violente, l'évidence proscrite. Il n'y a rien à protester :

AU COMMENCEMENT ÉTAIT LE PROVERBE

et dans la durée.

Page 3

Jimmy GLADIATOR

§ NOTICE PRATIQUE §

pour une lecture avisée de l'anthologie ci-contre

a) - chaque phrase ici-reproduite doit être considérée comme "courte citation à titre d'exemple".

b) - lire séparément chaque proverbe, puis le méditer longuement.

c) - ainsi, ébahi devant tant de clarté intrinsèque, vous ponctuerez chaque approche d'un « c'est pourtant vrai! » sans y sous-entendre truisme ou tautologie.

d) - amusez-vous à en grappiller d'autres en vos lectures: le proverbe est tapi partout.

e) - quelques livres:

152 proverbes mis au goût du jour, de Péret et Eluard ( Losfeld )

Les mots font "amour, de Annie Le Brun ( Losfeld ).

 

L'oiseau est un défi, de Jehan Mayoux ( Oasis J.

Aphorismes, de Lichtenberg ( Pauvert ).

etc.

quoi qu'il en soit, la lecture ou l'écoute de 69 des 70 cités ( cherchez l'exclu .) ne pourra que vous être gouleyante et pédagogique.

Jimmy Gladiator

Un coup de dé jamais n'abolira le hasard Stéphane MALLARMÉ

On n'est pas sérieux quand on a dix sept ans . Arthur RIMBAUD

Voici la parole: détruis, détruis, détruis. Marcel SCHWOB

Le corbeau dit : "jamais plus" Edgar ALLAN POE

UN CRIMINEL PRODUIT DES CRIMES Karl MARX

On n'a pas de raisons contre le prètre, on a la maison de correction Friedrich NIETZSCHE

Toute l'eau de la mer ne suffirait pas à laver une tache de sang intellectuelle. . IsidoreDUCASSE

Les flics sont des porcs on peut tirer. Ulrike MEINHOF

IL N'Y A PAS DE VICTIMES INNOCENTES. Émile HENRY

Si j'avais su le latin à dix ans Je serais empereur. Arthur CRAVAN

LE HÉRISSON QUI DORT EST PEUT·ETRE ENDORMI.Jéhan MAYOUX .

se coucher tard, nuit Raymond DEVOS

Mardi gras
rira le prince
AUX Halles.

Pierre GRINGORE

Seul un extra-terrestre peut serrer la main d'un flic Marcel Gotlib

Personne n'échappera à la victoire Petr KRAL

Qu'importent les victimes si le geste est beau Laurent Tailhade

Laver son lynchage en famille Alfred JARRY

Naître dans son propre tombeau sévit, vire et crève, c'est vivre la vie d'un décapité qui rêve Ghérasim lucas

L'air d'un poussin
cherchant
son omelette

Jacques HIGELIN

Se métamorphoser en bœuf' ce n'est pas encore se suicider. Georg Christoph LICHTENBERG

Il vaudrait mieux planter les fleurs des morts à l'envers. Georges FOUREST

LA VIE N'EST QU'UN TUYAU SANS REMÈDE. Lndwig ZELLER

La rue meurt où l'impasse commence Jehan Van Langhenhoven

SEULE LA PLUIE EST DIVINE André BRETON

Les amis de nos amis sont des cimetières Mathias LUBECK

Le visage brûle à  l'intérieur des gants.. Séphane MAHlEU

Le sapin, dont on fait les cercueils, est un arbre toujours vert. Xavier FORNERET

MOI, J'ATTENDS LES MUTANTS. Jean-Pierre DUPREY
 

une mort est romanesque ou elle n'est pas Jean BEAUDRILLARD

Pour un nécrophile il n'est jamais trop tard. Jimmy GLADIATOR

Mieux vaut mourir jeune que jouir enrhumé JORMA LE CHAUVE

L'hiver a ses plaisirs Gérard DE NERVAL

Celui qui n'aime ni les enfants ni les chiens ne peut pas être TOUT À FAIT MAUVAIS W.C FIELDS

Je serai sérieux comme le plaisir Jacques RIGAUT

Un menteur doit être chinois ou en avoir l'air Éric SATIE

Le grand obscur ne se desserre pas sans à-coups et le moribond dynamique tire la langue José GALDO

Les vampires sont amoureux de BAN-KOI. Lôdie SERRANO

Tant va la soupe au lait
qu'à la fin elle mousse

Yves BUIN

UNE FEMME SANS HOMME C'EST COMME UN POISSON SANS BICYCLETTE; M. L. F.

Une nymphe amie d'enfance. Marcel DUCHAMP

Les vierges ressemblent à l'incapacité militaire. Francis PICABIA

SEUL en mauvaise compagnie Ambrose Bierce

ÊTRE MÂLE C'EST AVOIR QUELQUE CHOSE BN MOINS. Valérie SOLANAS

La neige est froide: c'est la fiancée du vieillard. Ernest COEURDEROY

Bonheur, tu n'es que cire à cacheter Robert DESNOS

davantage d'avantages avantage davantage. Boby  LAPOlNTE

DES LÈVRES ÉPAISSES A COUPER AU BAISER. Léo MALET

Avant d'être femme, il vaut mieux rester assise Joyce  MANSOUR

PEAU QUI PÈLE VA CIEL. Benjamin PÉRET & Paul ÉLUARD

SIDONIE AURA PLUS D'UN AMANT Charles CROS

Qui vole un feu vole un dieu. Édouard JAGUER

Chaque âge saccage sa cage Pierre PEUCHMAURD

YO SOY QUE SOY Jonathan SWIFT, Pétrus BOREL etc.

L”INTELLIGENCE N'EST QU'UNE MAROTTE D'IMBÉCILE Raoul VANEIGHEM

PLUS GRANDE LA PATATE PLUS BÊTE LE PAYSAN Pavel REZNICEK

La propreté et le luxe du pauvre : soyons sales. Tristan TZARA

LE PEIGNE EST UN GRAND SEIGNEUR Germain NOUVEAU

J'AI FONDÉ MA CAUSE SUR RIEN Max STIRNER

Qui nous prouve que le Fantômas d'hier, sera le même que le Fantômas de demain Marcel ALLAIN et Pierre SOUVESTRE

Quand l'ennemi recule, avançons.MAO TSÉ TOUNG

if you'll go Uruguay
I'll go mine

Groucho MARX

LA NUIT N”A PLUS DE VERTÈBRES Patrice UHL

Le sablier se déverse en des filaments de miel tristan MANDRAGORE

Plus on met d'eau dans la soupe moins elle est épaisse Adolphe LACUZON

Nous ne serons que la peste de ta nuque Farid LARIBY

MA MAIN AUSSI EST UN FORBAN Jonh DIGBY

Il faut colonner le temps
pour que tu restes
lutin chevronné

SALOMÉ
 

On aura beau dire
On aura beau faire
Plus on ira et moins il y
aura de gens
qui ont connu Napoléon.

Alphonse ALLAIS

LA POÉSIE EST UNE PIPE André BRETON et Paul ÉLUARD

LA POÉSIE EST UNE TOMATE Anatole BAJU

IL EST DANS L'ESSENCE DES SYMBOLES D'ÊTRE SYMBOLIQUES Jacques VACHÉ

Le vertige des orfraies est à double tranchant Jean VINCHON

A boire le vin  tu oublies le raisin Jean-Paul GUÉGUEN

Les navires ne sont à personne Francis Gérard ROSENTHAL

Un dessin animé ne met pas de gilet Stéphanie CHAUVIN

Tout monde a ses autres Alias DURANG

TOUT HOMME A SON LIVRE DANS LE VENTRE Tristan CORBIÈRE

Et enfin

LA COQUILLE NAIT TOUJOURS D'UN DOUTE Le PILONNEUR

Composé et tiré à la main du cœur de l'hiver par le père Pilon enrhumé de mots.

 







 














 

 

M