LE PILON 22

Jean Pierre Lesieur / pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13/15 16/27 28

revue trimestrielle de poésie


 

n°1

n°2

n°3

n°4

n°5

n°6

n°7

n°8

n°9

n°10

n°11

n°12

n°13

n°14

n°15

n°16

n°17

n°18

n°19

n°20

n°21

n°22

n°23

n°24

n°25

n°26

n°27

n°28

 
 

Zone de Texte:  

 

 Page 1

EN GUISE DE DUC

 

Encore un numéro salade niçoise, poivre et sel, avec: Suzanne FABRE qui n'a jamais rien publié encore, Jean Claude MARTIN dont les textes complètent bien ceux de Robert BOUDET, heureuse rencontre, DARTOUX, le fidèle, Norbert GLADY qui vient de l'est, Laurent LE MOAL dont je ne connais rien, Alain JÉGOU le matelot de Fort bloque, que le PILON a déjà publié souvent, et Jean Pierre LESIEUR qui signe un rave-annonce-prière, enfin Béatrice KAD offre un dessin inédit, une autre corde à son arbalète.

Et puis toutes mes condoléances à ces poètes qui m' envoient des textes qui valent bien ceux-ci mais. que je ne peux imprimer faute de place. Alors ma subjectivité, la voilà la garce .

 

 

Jean Pierre LESIEUR

Si vous lisez cette revue de poésie dans un lieu public ou chez un ami -- ÀBONNEZ-VOUS.! - elle n'a que ça pour, vivre. N'étant distribuée par personne et déposée dans aucune librairie.
 
Page 2

Jean-Pierre Lesieur

Poème en forme de prière à celle qui vit dans la chapelle de ma tête.(ou qui voudrait y vivre)


 

PRENDRE TA PORTE

C'est d'un autre amour
Un amour de cuite dans les membres
Un amour cri peuplé de mares en contrebas du temps
Un amour abandon perpétué par les brandons brefs des foyers mal lus
Une révolution étreinte par l'eau bleue de ton corps.

           VIOLER TA PORTE

C'est te prendre nue dans d'éclatement grenade

aux serrures cadenas qu'il faut toujours brasier

Pénétrer plus avant l'intimité ténue de tes ruptures qu'une seule caresse damne

Révéler en grains pleins l'angoisse sourde de ta peau sous le suc de mes mains
Atterrer tes moulins qui osent moudre les vertiges
 

C'est te prendre nue dans un bouquet de rides
bel assassin des heures de ton temps

 

Page 3/4/5

Suzanne FABRE

                  des dé
mots                               mis

                                                    1
un rêve mort
au creux des paumes                             je tisse
                                                                les fils définitifs
                                                                de l'on de
fausse donne
                                                                arrime parle
                                                                à tresse-voix
dé  -  tresse
                                                                contrepoids
                                                                         l'ange
                                                                à bout de doigts
la folle
s'étiole
                                                               agrippe
faille
                                                               adage
                                                                         digue
                             la fenêtre
s'envole
                                                                lourde
                                                                            l'église
                                                                          abrupte
                                                                de front
                             le monde
Je griffe


                                                   2

Pourquoi l'une
                                              et pas l'autre
                                              attendre assise
                                              au bord des chemins froids
tant de soleil
             lumière                    à contre-main
                                                                   cave
                                                       sèche
                                              tarie
                                              le doigt levé
             silence
                                              âpre prégnance
                                                                           au temps
                                                                                 asper
                                                                       dévide
                                                         algance
                                             algie
                               comment
                   remonter
            lande
pauvre lande
            touffe rousse
                           cœur saisi
                                           l'amour saisi
                                         sous la mousse


                                                 3
Seule
                                        page
                                                                        les yeux
                                                                        le regard à l'envers
                                                         hante
                               sourde
la folle
                                                   construire
                                                   lente
                                                   l'échelle d'or
                                                                  agrippe
                                                                  au morse
                                                                  de mon sang
                                                                               mords
                                                                               gravier blanc
                                                                               du silence
                                                  un meurtre
                                          cri
                                                 de moi
                                                           vibre
                                                                               oscille ma mort
                                                                               à contretemps
                                                                                                aigu
                                                                                   je glisse
                                                                           grise
                                                          vacille
                          au coin du vent
amour grille
                          l'encre a mis le feu à la page

pages 6/11


Jean-Claude MARTIN

aujourd'hui, achat de 5 kilos de pommes de terre. Affaire : le kilo à 1 franc! sous le néon, elles avaient l'air belles, ronde
presque lissées. Bintje, passer à la caisse fut
                      la providence d'un regard
                      le sexe / tend  (sextant, sexe tend hi! hi!)
en l'espace lèvres            ...(de la caissière)

)j( ouir ce cr-
i      :        :                         "5 francs!"
Forme bosselée sur un des sièges de l'auto; des gens à voir; en revenant trouver une place au frigidaire. - Il est huit heures
: déjà deux heures que j'écris ça. Faut du loisir pour faire des phrases. 16 lignes en noir sur fond blanc. 407 lettres. 108 mots.
LE CIEL EST PLEIN D'ÉTOILES;


le stylo       i       ci                  employé
            tient              sur sa      min      e
                           et               du di     teur
      au   s   s   i       hier        a        eu
                                   la        vision
Lelstylon   frères licencient tous leurs employés.
Jacques obtient 1 point de plus sur sa note administrative
                           et lèche les mains du directeur.
Le taudis des immigrés hier soir a "pris"feu.
C'était mercredi : à la télévision je regardais Kojak...

Ce monde n'aime plus la poésie.

variantes possibles :
Ce monde et mauvais joueur
ou : LA POÉSIE DOIT AVOIR POUR BUT LA VÉRITÉ PRATIQUE;


(VARIANTE)

                    Frères   i   ci     tous     ployés
       que      tient un point            sur
                                           les mains du recteur.
L    u    i    de               gré  hier   soir  a  ri    "feu.
C'était mercredi  :  la        vision           regard       x.


Dubuisson-frères licencient tous leur employés.
Jacques obtient 1 point de plus sur sa note administrative
                            et lèche les mains du directeur.
Le taudis des immigrés hier soir a "pris"feu.
C'était mercredi : à la télévision je regardais Mannix...


Ce monde est sans lacune.

(autres variantes possibles :
Ce monde n'aime pas la poésie
Ce monde est mauvais joueur
ou : LA POÉSIE DOIT AVOIR POUR BUT LA VÉRITÉ PRATIQUE;


A Francis Ponge.

Ni fiente, ni crottin, ni bouse, ni même crotte, la langue française a "merde" aussi
entre "mense" et "merrain". Quoique latine, bas-latine, chargée d'histoire (hum! d'histoires),
elle s'étale sur ma page, ne se li(e?) guère qu'à la spatule. Parole mienne mais si brusque,
me révulsent son abandon, son air de dette insolvable. Si mou son corps est que mon stylo s'y
perdrait; glu de silences devenant pierre, hantée de rages intestines...
Aussi chassé-je vers d'autres eaux ce fruit sans gloire de mon esprit qui dans mon dos fit déjection.



L'activité syndicale des arbres s'arrête à la satisfaction de leur tronc, l'obtention pour leurs branches
d'un bout de ciel où se caler en paix. Méprisable nature§ J'aime le son du car le soir au fond des voies,
les odeurs de moteur, les ailes des H.L.M. Je me mêle aux banderoles sur la place, au bruit des hommes
contre leur sort. Perdrais pas un meeting pour un bleuet. La ville est plaine. Lac et torrent. La ville renverse
un homme par une auto. Je m'attroupe. Je regarde. Même du retard (fatal?) de l'ambulance, je me sens proche.



LA VÉRITÉ DOIT AVOIR POUR BUT


Ne jamais, non jamais, laver le riz-vitesse.
Qu'un grand récipient d'eau soit porté à bouillir.
En pluie dans ce Vésuve, jeter le riz-vitesse.
Puis cinq à six minutes, selon votre désir,
Laisse les grains gonfler. - Lors du feu qu'on les prive
Aussitôt : égoutter, assaisonner... Ivresse :
D'un bonheur sans mélange votre langue est la rive.


Page 12

Toutes les années qui passent

nous tricotent un chandail

pour le froid

de vieillir.

Parfois le chandail a des trous

et on attrape froid  

 

            Mes yeux se sont se sont rendus :

 

Avant que soit la mer dépourvue de poissons                                                                                        La diplomatie

la terre durcie de haine                                                                                                 c'est quand on dit

et les forêts de sang...                                                                                     monsieur, vous êtes le plus grand... : que j'ai »vais rencontré.

Le manque de diplomatie

c'est quand on se fout les points dans la gueule:

Mon amour mets ta main dans ma main et

ne bougeons plus

 

 

LA VÉRITÉ C'EST UN MENSONGE QUI A MAL TOURNÉ

 

Toutes les années qui passent
nous tricotent un chandail
pour le froid de vieillir
Parfois le chandail
a des trous
et on attrape froid
avant 

 

GRAND AMOUR

Mes yeux se sont
se sont rendus :

        Ils étaient cernés

 

il a fait un nœud à la ligne d'horizon
c'est dit-il pour ne pas oublier
             L'IMAGINATION

Mon cœur
vous tous qui
lui avez donné
des coups
soyez gentils
fermez l'aorte
en sortant. 

BOUCHERIE

Poteau...

         Feu!

 

Robinson creusait
quand les gendarmes
l'ont arrêté
pour désertion
c'était un samedi.

 

PAGE 13

 

Jacques-Louis DARTOUX

PAGE 14

 

Norbert GLADY

 

Cela ne cause pas de changement ultérieur

que tu sois mort

comme-ci ou comme ça l'essentiel est que tu sois mort

et bien mort .

d'une mort nette et non trafiquée

autrement on te traiterait

encore de MARGINAL.

DÉPARTEMENT 92

Il est tombé de l'échafaudage

des Hauts-de-Seine

à Montrouge

et s'est relevé les pieds bleux

En attrapant plusieurs Colombes

Il aurait pu tomber Puteaux

se sentant persécuté il se promenait

à Saint Cloud

en évitant le moment crucial

où l'on Nanterre.

Norbert GLADY

 

Page 24

Laurent LEMOAL

Nanterre 9-80

SALLES OBSCURES

J'aime bien le cinéma porno à Saint-Lazare. C'est 15 balles. Faut pas avoir honte. Tu t'amènes quand tu veux c'est permanent. D'abord faut prendre ton ticket à /a caisse, alors t'annon'ces: «chatte en chaleur», « prends moi par les deux trous » .. La vieille elle te r'file ton ticson et tu te diriges vers l'ouvreuse. Celles-là elles sont là juste pour te déchirer ton ticket et pour prendre le pourliche. Faut pas attendre qu'elles te conduisent à ta place avec une lampe de poche, devant, au milieu ou au fond. Tu te démerdes tout seul. Ces salles obscures là avec un tas de mecs en manque dedans, dans le noir elles s'y risquent pas, ça se comprend.

Alors tu rentres, tu cherches une place et tur "look" ça repose c'est pas intellectuel. L'autre fois y a un vieux qui entre et qui dit : «y a quelqu'un ? » et il cherche l'interrupteur à tâtons. J'y vois rien qui dit, Yen a un qui le prend par la main et qui l'assied. Celui-là on se demande pourquoi Y va au cinoche. Remarque au ciné porno les bandes sons elles sont pas mal mais quand même. Enfin malgré les ressorts des fauteuils qui grincent tu passes un bon moment et puis des films pornos' t'en as de vachement chouettes. Le ciné porno j'aime bien, c'est pas intellectuel.

Riri

 

PAGE 25/26

Alain JÉGOU


Je n'ai pas voulu accepter cetle onglée Qui gémissait entre ses doigts. Elle me parlait lentement, doucement, me susurrant des insanités, sur mes paupières, dans mes labyrinthes, entonnant le dernier couplet des hiéroglyphes et l'ahanant avec ses bourrelets de satins qui lui poussaient sur les gencives.

Elle me bravait l'esprit et moi je savais que je n'aurai plus ja~ mais de ce fait 'e même corps.

Mes yeux déjà se chamaillaient, mon cœur rampait lentement vers la droite, mes narines s'arc-boutaient vers l'horizon, mon ventre, mon sexe, mes cuisses se mêlaient en un magma ecclésiastique.

Je bavais et mes oreilles se liquéfiaient. Comme atteint d'une religion chronique, je divaguais déjà vers d'autres rivages stériles.

Puis il lui prit de m'épousseter le regard. C'est alors que je compris qu'elle souffrait en elle-même et lui offrit les dernièrs gouttes de ciel qui reposaient sous ma langue. Elle les glissé' dans son corsage et me tendit ses lèvres. l'espace trop vaste qui s'était assoupi entre nous ne me permit pas malgré toutes  mes suppliques de les accepter.

- Laisse-moi je me tire, lui dis.je car je commençais un peu à flipper dans mon slip et sans la moindre perversité mon ventre glougloutait d'aise. mon bateau. m'attend et la vague m'atttire.

je ne suis plus d'ici. Je suis du partir au  quotidien et comme !es goélands j'existe en planant.

- Tu dis 4: vague> me dit-elle: mais tu penses mon ventre, mes cuisses, mon sexe, mon refuge douillet qui t'amortit le désespoir, le transfo de tes· désirs-délires.

Elle se lova et s'assoupit sous moi. Son cœur touchait le mien et ses doigts couraient sur mon corps par un réflexe étrange venu du plus profond d'une adolescence privée d'attouchements libérateurs ..

Au matin les perles de rosée ne valaient plus un rond et l'espace s était envolé. le bitume seul subsistait sous la langue et les langes de la nuit étaient à jamais souillés.

Je veillais au soleil levant lorsqu'elle s'éberlua devant la porte entrebâillée des songes et me dit comme paniquée devant l'approche sournoise d'un futur de désastres et de vide absolu: - Dans dix ans te souviendras tu de moi?

- J'ai la mémoire en salines et le rêve outrancier, lui répondis-je. Qu'adviendra.t.il de nous lorsque les déferlantes nous aurons débusqués de notre délinquance partielle ? y as tu seulement pensé dans le farfelu de tes sens ?

- Tu ploies avec l'écume et le varech te chuinte dans les cils, me dit elle. Tu n'arrives d'outre part et l'œil te lustre les sourcils. Absent, tu t'absentes de mon corps et liquides tes plaies sous la gaze des marées .

•...•............ ( à suivre )




page 27

Jean-Pierre LESIEUR


VARIANTES

1l  faut commencer le temps par un T

Tant s'en faut - sans faute - bien commencer à prendre les choux par le bon bout.

Vous pouvez toujours m'envoyer des vignettes, des zincs, des bois gravés, des plaques de cuivre pour illustrer le pilon. J'accepte aussi les dessins originaux au trait.

Il n'y a pas de fausse pudeur à dire que le Pilon est une petite revue de poésie : par le format, par la longueur des textes et par la taille de son directeur. Eh oui 1

Je reconnais jusqu'à ta toux, entre mille autres. Tousse pour moi, un pour tousse. Je t'en prie laisse mol au moins ça.

Je ne suis pas président de la république, comme chacun a pu le constater, Je me mets en réserve, la vieille, celle du patron. A la votre.

Je veux faire un numéro conte et poésie. J'ai déjà le conte il est de Monique Rosenberg. i1 me faut maintenant la. poésie. A vos plumes, à vos amies, ( les bons contes font les bonnes amies ). Sans conte d'auteur bien sûr

BONNES VACANCES et n'oubliez pas de vous réabonner d'abonner vos amis ou de m'envoyer des sous pour l'immense plaisir d'aider la culture,